Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment : -59%
Balance cuisine électronique Raniaco (batterie ...
Voir le deal
6.99 €

Italo Calvino

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par bix_229 Mer 7 Avr - 18:09

@Tristram
Oui, livre à lire, le beau rêve de vivre dans les arbres et aussi une histoire d'amour,

Tout à fait ! C'est là que j'ai lu Jerry dans l'ile de London, mon 1er livre pour adulte.
Expérience inoubliable.
L'arbre était un cyprès.
J'y ai revé souvent et sans modération dans l'arbre et ailleurs.
Le commerce s'en est melé qui fabrique des cabanes dans les arbres pour des adultes.
Mais reve, souvenirs et commerce ne vont pas ensemble.
Borges écrivait que les souvenirs étaient une oeuvre d'imagination.
Tant pis !
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par Bédoulène Mer 7 Avr - 18:55

la lecture m'avait laissée mitigée dans le ressenti

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19024
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par Tristram Ven 16 Juil - 12:41

Ermite à Paris – Pages autobiographiques

Italo Calvino - Page 4 Ermite10

Recueil de textes autobiographiques qui commence… par un séjour aux USA, et pas érémitique… Ce journal expédié à ses collègues des éditions Einaudi représente quand même la moitié du livre. Sinon, intéressant regard d’un Italien communiste qui connaît déjà l’URSS, fin des années cinquante ; attrait vif des villes, aussi forte attention aux religions (ici la juive) :
« Le drapeau américain est sur un des côtés de l’autel, comme dans toutes les églises américaines, de n’importe quelle confession (ici, de l’autre côté il y a le drapeau d’Israël). »
Côte Ouest :
« Ces paradis terrestres où vivent les écrivains américains, je n’y vivrais pas, même mort. Il n’y a rien d’autre à faire que se saouler. »
Il y a nombre d’opinions ou d’informations (vraies ou fausses) qui sont piquantes :
« J’oubliais de dire qu’une grande partie des histoires racontées par les guides sur les faits qui se sont passés dans les maisons historiques de New Orleans ont été inventées par Faulkner. Dans sa jeunesse, Faulkner a vécu ici quelques années comme guide en promenant des touristes ; il inventait toutes les histoires qu’il racontait, mais elles ont eu un tel succès que les autres guides ont commencé aussi à les raconter et elles font maintenant partie de l’histoire de la Louisiane. »
Aussi une expérience marquante avec la lutte de Martin Luther King dans le Sud.
Puis, dans la seconde moitié du livre, plus autobiographique encore, Calvino parle de son mentor, Cesare Pavese, et de son rapport à l’écriture :
« Humainement, mieux vaut voyager que rester chez soi. D’abord vivre, ensuite philosopher et écrire. Il faudrait avant tout que les écrivains vivent avec une attitude à l’égard du monde qui corresponde à une plus grande acquisition de vérité. C’est ce quelque chose, quel qu’il soit, qui se reflétera sur la page et sera la littérature de notre temps ; rien d’autre. »

« C’est qu’on ne raconte bien que ce que l’on a laissé derrière nous, que ce qui représente quelque chose de terminé (et l’on découvre ensuite que ce n’est pas du tout terminé). »
Calvino semble parler de choses et de façons différentes à chaque nouvel ouvrage, ce qu’il revendique ici :
« Quant à mes livres, je regrette de ne les avoir publiés chacun sous un nom de plume différent ; je me sentirais plus libre de tout recommencer chaque fois. Comme, néanmoins, je cherche toujours à faire. »
On trouve divers textes, plus ou moins brefs, dont des entretiens, des biographies de commande, et voici comment l’une se termine, qui me paraît légèrement goguenarde :
« L’auteur du Baron perché semble avoir plus que jamais l’intention de prendre ses distances avec le monde. Est-il parvenu à une condition de détachement indifférent ? Le connaissant, il faut croire que c’est plutôt une conscience accrue de toute la complication du monde qui le pousse à étouffer en lui aussi bien les mouvements de l’espoir que ceux de l’angoisse. »
L’expérience politique prend une grande place ; étonnante attitude devant la terrible dérive stalinienne, qu’il qualifie de schizophrénique :
« Tu me demandes : mais si tous, intellectuels, dirigeants, militants, vous aviez ce poids sur la poitrine, comment se fait-il que vous n’ayez pas songé à vous en défaire plus tôt ? »
La réponse est assez choquante, même si je soupçonnais depuis longtemps qu’elle ressortissait de l’aveuglement fanatique :
« …] un révolutionnaire, entre la révolution et la vérité, choisit d’abord la révolution. »
En quelque sorte des "faits alternatifs" ? La fin justifiant tous les moyens…
Ce livre est surtout intéressant pour ceux qui voudraient mieux connaître la politique italienne (communisme et fascisme), mais aussi l’homme Calvino, avec un éclairage de son œuvre ; peu très sur lui à Paris, juste le court texte éponyme du livre – ah ces éditeurs…
« J’ai aujourd’hui soixante ans et j’ai désormais compris que la tâche d’un écrivain consiste uniquement à faire ce qu’il sait faire : pour le narrateur, c’est raconter, représenter, inventer. J’ai cessé depuis plusieurs années d’établir des préceptes sur la manière dont il faudrait écrire : à quoi sert de prêcher un certain type de littérature plutôt qu’un autre si les choses que vous avez envie d’écrire finissent par être complètement différentes ? J’ai mis un petit moment à comprendre que les intentions ne comptent pas, que ne compte que ce que l’on réalise. Alors, mon travail littéraire devint aussi un travail de recherche de moi-même, de compréhension de ce que j’étais. »

\Mots-clés : #autobiographie #lieu #politique #Racisme #voyage #xxesiecle

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14201
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 65
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par Bédoulène Sam 17 Juil - 8:25

merci Tristram, je note je lirai ce livre !

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19024
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par Bédoulène Mer 11 Aoû - 9:31

Italo Calvino - Page 4 C_ermi10


Ermite à Paris
(nouvelle qui donne son nom au livre)

La politique est très présente dans ce livre, que ce soit dans les souvenirs de jeunesse, dans le voyage aux USA et lorsque vieillissant Calvino s'éloigne du monde, c'est aussi un geste politique.

"Je crois que les hommes doivent y participer. Et les gens de lettres en tant qu’hommes. Je crois que la conscience civique et morale doit influer sur l’homme d’abord et ensuite sur l’écrivain. C’est un long chemin, mais il n’y en a pas d’autre. Et je crois que l’écrivain doit garder une ouverture dans son discours dont les implications ne peuvent pas ne pas être aussi politiques. Je suis fidèle à ces principes, et, en presque douze ans d’appartenance au parti communiste, ma conscience de communiste et ma conscience d’écrivain ne sont pas entrées dans les contradictions lancinantes qui ont déchiré un grand nombre de mes amis, leur faisant croire qu’il fallait opter pour l’une ou pour l’autre. Tout ce qui conduit à renoncer à une partie de soi-même est négatif. Je participe à la politique et à la littérature de façon différente selon mes dispositions, mais elles m’intéressent toutes les deux comme un même discours sur le genre humain"

je pense que ceci est tout à fait éclairant sur la conception qu'a Calvino de concevoir sa vie. J'ai noté d'ailleurs qu'il avait reconnu être au courant des pratiques staliniennes, ce qui est assez honnête.
Calvino a été résistant aux côtés de communistes, qu'il a apprécié donc c'est tout naturellement qu'il a adhéré au PCI, adhésion confirmée à la libération. Sortie du PCI 1956 - invasion de Prague par l'URSS-.

la culture est un élément de ce choix :

" nous aspirions à une civilisation qui fût la plus moderne, la plus évoluée et la plus complexe des points de vue politique, social, économique et culturel, avec une classe dirigeante hautement qualifiée, grâce à l’insertion de la culture à tous les niveaux de la direction politique et de la production."

Le voyage aux USA où il rencontre le racisme est le moment le plus impactant du voyage et j'y ajoute sa découverte de la pauvreté dans certaines régions du pays.

L'occasion aussi de voir la démarche des maisons d'édition.

Toutes les rencontres faites dans ce voyage sont des découvertes intéressantes que ce soit des personnes (syndicalistes, ouvriers, beatniks,sdf) ou des institutions (visite de l'ONU, wall street, Olivetti)

Un moment fort celui du discours de Calvino à la Maison d'Italie de Columbia :

" j’ai commencé ainsi à remplir la tâche d’ambassadeur de la culture italienne d’opposition que l’on sent la nécessité d’assumer dès qu’on arrive ici, même si c’est la barbe d’être là en train d’expliquer ce qu’a été la littérature de la Résistance et la culture de l’après-guerre jusqu’à aujourd’hui, et d’organiser mon discours de façon à y faire entrer tous les noms interdits. Mais personne n’a jamais dit ce genre de choses ici, et je crois être parvenu à un premier résultat sur le plan de la politique cult. italienne en Amérique, ne serait-ce qu’en disant tout ce que Prezzolini ne veut pas qu’on dise et pour montrer à Donini ce que devrait être son métier (il dirige l’inst. it. de l’amb. – c’est le frère d’Ambrogio, presque aussi conformiste que lui dans le sens opposé, pas stupide, mais simplement extrêmement peureux, les mains liées, et de plus avec le complexe d’avoir un frère com.). Ils étaient là et ils ont encaissé ."

La religion :
La photographie classique de l’Amérique ; Celle de l’église baptiste noire installée dans la vitrine d’un magasin n’est pas un détail pittoresque, c’est la vue la plus ordinaire quand on se promène dans les rues des slums noirs."
           
Calvino cite plusieurs auteurs qu'il apprécie, tout d'abord Pavese et Vittorini dont la réflexion a eu beaucoup d'influence sur lui.

Une réflexion sur les villes et leur structure, leur visibilité et leur anonymat, notamment sur Paris,

"Paris est une œuvre de consultation gigantesque, c’est une ville que l’on consulte comme une encyclopédie : dès la première page, elle donne toute une série d’informations, d’une richesse qu’aucune autre ville n’égale. "

Un portrait fouillé du Duce.

****
Une lecture qui m'a intéressée et qui m'a permis de connaître un peu plus de l'auteur, autant l'homme que l'écrivain.

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19024
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par Tristram Jeu 21 Oct - 23:52

La grande bonace des Antilles

Italo Calvino - Page 4 La_gra10

Apologues et récits 1943-1958
:
Brèves « historiettes » imprégnées par la guerre et le fascisme, mais aussi de fantaisie, de loufoque ; mention spéciale pour Le régiment égaré (alors qu’il défile en ville), et Des regards ennemis (ceux de la guerre, des Allemands, qui reviendraient).
Dans Un général dans la bibliothèque, la commission d’enquête militaire supposée censurer les livres découvre avec la lecture l’inextricable richesse des points de vue, qui rendent toute décision tranchée impossible.
« Cet ordre parvint à la bibliothèque alors que l’esprit de Fedina et de ses hommes était en proie à des sentiments opposés : d’une part, ils découvraient à chaque instant de nouvelles curiosités à satisfaire et prenaient goût à ces lectures et à ces études comme jamais auparavant ils ne l’auraient imaginé ; d’autre part, ils se demandaient quand ils reviendraient parmi les gens et reprendraient contact avec la vie, qui leur apparaissait à présent d’autant plus complexe, presque renouvelée à leurs yeux ; et d’autre part encore, l’approche du jour où ils quitteraient la bibliothèque leur donnait beaucoup d’appréhension, parce qu’il fallait qu’ils rendent compte de leur mission, et, avec toutes les idées qui se mettaient à jaillir dans leurs têtes, ils ne savaient plus comment s’en sortir. »

Récits et dialogues 1968-1984 :
La décapitation des chefs présente un ensemble décapant de quatre variantes sur le thème de la mise à mort périodique des représentants du pouvoir.
« − Le chef des chefs, vous voulez dire ? Dans le panier ?
Ils faisaient signe que oui.
− Voilà. La décapitation. C’est tout à fait ça, justement. La décapitation des chefs. »
La pompe à essence, paru en 1974, met en regard un réservoir de voiture et les réserves planétaires qui s’épuisent.
Les Mémoires de Casanova est le commencement d’un catalogue de situations amoureuses, sur le modèle de Les villes invisibles.
« Kate avait des formes pleines, Hilda était élancée ; en les alternant, je ravivais mon désir, celui-ci ayant tendance à varier autant qu’à se répéter. »
Henry Ford est un fort surprenant entretien…
« Donc, de même que l’écologie naît de la culture qui a produit la pollution, de même le commerce d’antiquités naît de cette culture qui a imposé des objets nouveaux à la place des anciens… »
La dernière chaîne expose l’insolite point de vue d’un zappeur.
« Je suis convaincu qu’il y a un sens dans les événements du monde, que, quelque part en ce moment, est en train de se dérouler une histoire cohérente et motivée dans toute sa série de causes et d’effets, atteignable par nos possibilités de vérification, et qu’elle contient la clé pour juger et comprendre tout le reste. »

« …] il y a une station inconnue qui transmet actuellement une histoire qui me concerne, mon histoire, la seule histoire qui puisse m’expliquer qui je suis, d’où je viens, où je suis en train d’aller. Le seul rapport que je puisse établir en ce moment avec mon histoire est un rapport négatif : refuser les autres histoires, écarter toutes les images mensongères qui me sont proposées. »
La poule de l’atelier est une histoire qui fait contrepoint à l’exposé fordien.
« À soixante ans passés, il avait dû apprendre à faire le quadruple de travail avec les mêmes marges de temps, mais, puisque son salaire ne changeait pas, sa vie n’en subit pas de grands contrecoups, hormis la stabilisation d’un asthme bronchique et l’habitude de s’endormir dès qu’il s’asseyait, en n’importe quelle compagnie ou ambiance qu’il se trouvât. »

\Mots-clés : #nouvelle #politique

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 14201
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 65
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par Bédoulène Ven 22 Oct - 9:40

très tentant, merci Tristram !

_________________
"Prendre des notes, c'est faire des gammes de littérature Le journal de Jules Renard

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 19024
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 77
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par Dreep Dim 16 Jan - 15:10

Le Chevalier inexistant

Italo Calvino - Page 4 Le-chevalier-inexistant

Calvino a la réputation d'être un conteur déconcertant, jouant avec certaines limites, en ceci qu'il incorpore des notions assez saugrenues à ses récits, des aberrations pouvant faire leur chemin dans l'esprit du lecteur, lui ouvrir l'esprit au rire et à une réflexion peut-être nouvelle. Le vicomte pourfendu, Le baron perché, et, enfin, Le chevalier inexistant. Deux mots dont la rencontre signe à chaque fois la singularité sinon l'étrangeté d'un personnage qui se promène dans le récit et lui donne un sens particulier. Je suis sans doute gonflé d'exprimer une déception à propos du Chevalier inexistant en posant que, vraiment, il est inexistant. Pas seulement par sa non-corporalité, mais aussi du fait de son absence d'intérêt : Calvino lui-même ne s'attarde pas tant que cela sur ce fameux Chevalier dont aucune idée ne lui appartient en propre, puisqu'il ne tient jamais que des propos conventionnels (par rapport à sa condition de Chevalier).

Pour le meilleur ou pour le pire, d'autres personnages détournent notre attention de ce Chevalier... La Bradamante, sorte de double-féminin, une narratrice dans son couvent, Raimbault, Torrismond ou ce Gourdoulou qui n'est pas seulement le plus drôle, mais le plus intriguant de tous par son rapport aux choses, au réel. Les autres personnages se caractérisent surtout par le but qu'ils poursuivent dans un récit divisé en épisodes comiques ou prévisibles. Toutes choses qui créent une forme de monotonie dans les récits de Calvino, rompue occasionnellement par une idée originale. Sans compter Calvino fait parfois preuve d'une pauvreté dans la caricature, ce qui fait que le comique tombe un peu à plat, se réduit à un potache soit sympathique soit affligeant (notamment lorsqu'on croise la route des Chevaliers du Graal). Alors, Calvino : conteur déconcertant ? Conteur, oui ; déconcertant, bof...
Dreep
Dreep

Messages : 1287
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 29

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par bix_229 Dim 16 Jan - 16:40

Je te suis. De la trilogie, c'est seulement le Baron perché que j'ai apprécié vraiment.
J'aime beaucoup Calvino, mais pas tout.
C'est un inventeur constant et parfois il échoue...
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par Dreep Dim 16 Jan - 17:38

J'ai trouvé Le vicomte pourfendu pas trop mal, mais peut-être un peu limité aussi. Je ne sais pas si Le baron perché m'a autant séduit que toi Italo Calvino - Page 4 2441072346

Tu en aurais peut-être un autre Calvino à me suggérer ? À part ces trois-là, je n'ai lu que Palomar...
Dreep
Dreep

Messages : 1287
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 29

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par bix_229 Dim 16 Jan - 18:17

Dreep a écrit:J'ai trouvé Le vicomte pourfendu pas trop mal, mais peut-être un peu limité aussi. Je ne sais pas si Le baron perché m'a autant séduit que toi Italo Calvino - Page 4 2441072346

Tu en aurais peut-être un autre Calvino à me suggérer ? À part ces trois-là, je n'ai lu que Palomar...
La lecture de Calvino suscite des réactions subjectives, particulières et momentanées.
SI me souviens, il me semble avoir apprécié Cosmicomics et Temps zéro, Palomar, Les villes invisibles et Collection de sable.
bix_229
bix_229

Messages : 15439
Date d'inscription : 06/12/2016
Localisation : Lauragais

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par Dreep Dim 16 Jan - 22:29

Merci bix, j'irai jeter un oeil sur Cosmicomics, que je possède déjà.
Dreep
Dreep

Messages : 1287
Date d'inscription : 08/12/2016
Age : 29

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Italo Calvino - Page 4 Empty Re: Italo Calvino

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains Italiens et Grecs

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum