Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment : -52%
-52% sur la machine à pain Moulinex PAIN ...
Voir le deal
76.99 €

Ernst Jünger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ernst Jünger Empty Ernst Jünger

Message par Arturo le Ven 18 Aoû - 18:52

Ernst Jünger
(1895-1998)

102 ans le bougre !

Ernst Jünger Akg11010

Ernst Jünger, né le 29 mars 1895 à Heidelberg et mort le 17 février 1998 à Riedlingen, est un écrivain allemand.

En tant que contemporain et témoin de l'histoire européenne du xxe siècle, Jünger a participé aux deux guerres mondiales, d'abord dans les troupes de choc au cours de la Première Guerre mondiale, puis comme officier de l'administration militaire d'occupation à Paris à partir de 1941. Devenu célèbre après la publication de ses souvenirs de la Première Guerre mondiale dans Orages d'acier en 1920, il a été une figure intellectuelle majeure de la révolution conservatrice à l'époque de Weimar, mais s'est tenu éloigné de la vie politique à partir de l'accession des nazis au pouvoir. Jusqu'à la fin de sa vie à plus de cent ans, il a publié des récits et de nombreux essais ainsi qu'un journal des années 1939 à 1948 puis de 1965 à 1996. Parmi ses récits, Sur les falaises de marbre (1939) est l'un des plus connus. Francophile et francophone, Ernst Jünger a vu son œuvre intégralement traduite en français et « [...] fait partie, avec Günter Grass et Heinrich Böll, des auteurs allemands les plus traduits en France ». Figure publique très controversée à partir de l'après-guerre dans son pays, il a reçu le prix Goethe en 1982 pour l'ensemble de son œuvre.

Julien Hervier, qui a dirigé l'édition des Journaux de guerre de Jünger dans la Bibliothèque de la Pléiade a écrit : « Si l'on voulait conclure sur Jünger, il faudrait avant tout éviter la facilité qui tend à accorder autant d'importance, sinon plus, à sa légende d'homme d'action, engagé dans la guerre, la politique et l'aventure, qu'aux milliers de pages de son œuvre d'écrivain ».

source wikipédia


Ouvrages traduits en français :

Récits et romans
Orages d'acier (In Stahlgewittern - 1920)
Le Combat comme expérience intérieure (Der Kampf als inneres Erlebnis - 1922) ; également traduit en français en 1934 sous le titre La guerre notre mère.
Lieutenant Sturm (Sturm -1923)
Le Boqueteau 125, Chronique des combats de tranchée (1918) (Das Wäldchen 125, eine Chronik aus den Grabenkämpfen, 1918 -1925)
Feu et sang - Bref épisode d'une grande bataille (Feuer und Blut. Ein kleiner Ausschnitt aus einer grossen Schlacht -1925)
Le Cœur aventureux (Das abenteuerliche Herz - 1929)
Jeux africains (Afrikanische Spiele - 1936)
Sur les falaises de marbre (Auf den Marmorklippen - 1939)
Voyage atlantique (Atlantische Fahrt - 1947)
Héliopolis (Heliopolis - 1949)
Visite à Godenholm (Besuch auf Godenholm - 1952)
Abeilles de verre (Gläserne Bienen - 1957)
San Pietro (1957)
Serpentara (1957)
Le Lance-pierres (Die Zwille - 1973)
Eumeswil (Eumeswil - 1977)
Le Problème d'Aladin (Aladins Problem - 1983)
Une dangereuse rencontre (Eine gefährliche Begegnung) (1985)
Trois chemins d'écolier - Tardive vengeance (Sp. R. - Drei Schulwege - 2003) — posthume

Essais:
Le Travailleur (Der Arbeiter - 1931)
Éloge des voyelles (Lob der Vokale - 1934)
Feu et mouvement- 1934
La Paix (Der Friede - 1946)
Le traité du Rebelle ou le recours aux forêts (Der Waldgänger - 1951)
Le Nœud Gordien (Der Gordische Knoten - 1953)
Traité du Sablier (Das Sanduhrbuch - 1954)
Mantrana (Mantrana, Einladung zu einem Spiel - 1958)
Le Mur du temps (An der Zeitmauer - 1959)
L'État universel (Der Weltstaat - 1960)
Chasses subtiles (Subtile Jagden - 1967)
Approches, drogues et ivresse (Annäherungen, Drogen und Rausch - 1970)
Rivarol et autres essais (1974)
Le contemplateur solitaire (1975)
L'Auteur et l'Écriture (Autor und Autorschaft - 1982)
Les ciseaux (Die Schere - 1990)

Journaux
Jardins et routes - pages de journal 1939-1940 (trad. fr. Plon 1942)
Journal de guerre (Strahlungen 1949, trad. fr. René Julliard 1951 et 1953)
Sous le signe de Halley, Paris, Gallimard, coll. Du monde entier, 1989. (ISBN 978-2-07-071673-9)
Soixante-dix s'efface (Siebzig verweht 1977)
Soixante-dix s’efface, I – Journal 1965-1970 (Siebzig verweht)
Soixante-dix s’efface, II – Journal 1971-1980 (Siebzig verweht II)
Soixante-dix s’efface, III – Journal 1981-1985 (Siebzig verweht III)
Soixante-dix s’efface, IV – Journal 1986-1990 (Siebzig verweht IV)
Soixante-dix s’efface, V – Journal 1991-1996 (Siebzig verweht V - 1997)

Correspondance
Ernst Jünger & Martin Heidegger, Correspondance 1949-1975, Christian Bourgois, 2010.
Lettres du front à sa famille. 1915-1918, Christian Bourgois, 2016
Arturo
Arturo

Messages : 3405
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 34
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Arturo le Ven 18 Aoû - 18:55

On a un fil Hyvernaud vs Jünger, alors ici c'est la parole à Ernst !

Auteur bien décrié pour son rapport au nazisme, mais il nous a laissé (au moins) un chef-d'oeuvre :

Sur les falaises de marbre :


Ernst Jünger Sur-le10

Une belle découverte que ce roman. Merci à Julien Gracq de l'avoir loué dans ses Entretiens.
La traduction rend vraiment bien, car la langue est sublime. J'étais plongé dans un récit onirique, allégorique.
On ne sait pas tellement ce qu'on lit, on se laisse bercer, on flotte entre rêveries et angoisses.
Une dénonciation de la barbarie, de la montée du nazisme. Certainement, mais surtout une écriture qui ne peut laisser indifférent à mon avis.
Le genre qui repousse ou qui amène à demander toujours plus.

(rapatrié)

Et ça donne envie de lire autre chose de lui ! scratch
Arturo
Arturo

Messages : 3405
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 34
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Tristram le Sam 28 Déc - 1:16

Je pense que tu fais allusion à des choses comme ça :
« Elle nous rappelle que toute grande œuvre, pour la vie qu'elle représente, est aussi, est d'abord, une mise au tombeau, et que sa formule au fond est toujours la formule de Goethe "Meurs ‒ et deviens." »
Julien Gracq, « Symbolique d'Ernst Jünger », in « Préférences »
Je rejoins Wikipédia sur le rapprochement suivant (encore que je ne sois pas sûr qu'il y ait réellement eu "influence", mais peut-être plutôt un "air du temps" dans la thématique) :
L'influence de Sur les falaises de marbre a été très vite remarquée, notamment sur Le Désert des Tartares de Dino Buzzati écrit un an plus tard, ou sur Le Rivage des Syrtes de Julien Gracq, admirateur de Jünger avec qui il se lia d'amitié. Les trois romans présentent de nombreux traits communs, quant à leur thématique — l'attente du barbare —, leur style — très descriptif et laissant peu de place à l'action, quoique celle-ci soit moins présente encore chez Buzzati et Gracq qui la chassent hors des bornes du récit — ou quant au monde qu'ils décrivent — trois univers imaginaires, au bord du rêve : la « Marina » et la « Campagna » chez Jünger, le « Royaume » et « l'État du nord » chez Buzzati, « Orsenna » et le « Farghestan » chez Gracq. On retrouve enfin cette influence chez J. M. Coetzee (En attendant les barbares, 1980).
Tout ça me donne envie de le relire...

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 9894
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Bédoulène le Sam 28 Déc - 8:20

c'est terrible car la lecture de ce livre me parait s'imposer (je n'ai pas lu donc ce livre ni celui de Gracq mais dans celui de Buzzati "le temps" est un facteur prégnant)

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 14501
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Arturo le Sam 28 Déc - 22:14

Il me reste Le désert des tartares, avant d'entamer les relectures.
Arturo
Arturo

Messages : 3405
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 34
Localisation : Par-delà le bien et le mal

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ernst Jünger Empty Re: Ernst Jünger

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langue allemande


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum