Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

Le Deal du moment : -53%
GACHI Batterie Externe 26800mAh
Voir le deal
24.94 €

Ian McEwan

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ian McEwan - Page 2 Empty Re: Ian McEwan

Message par Tristram le Dim 22 Mar - 20:52

Sous les draps et autres nouvelles

Ian McEwan - Page 2 Sous_l10


Géométrie dans l’espace
Petit conte acerbe comme de Bierce, avec l’humour de Coe, l’ironie de Roth (Philip), à la limite du sarcasme (et avec une petite pointe sordide, voire trash) ; cette remarque est valable pour l’ensemble du recueil !
« À Melton Mowbray en 1875, lors d’une vente publique d’objets "rares et précieux", mon arrière-grand-père, accompagné de son ami M., s’était porté acquéreur du pénis d’un certain capitaine Nicholls, mort en 1873, à la prison de Horsemonger. »

« J’imaginais tous les endroits par où il était passé : Le Cap, Boston, Jérusalem, voyageant dans l’obscurité fétide des culottes de cuir du capitaine Nicholls, émergeant à l’occasion dans la lumière éblouissante du soleil afin d’émettre un jet d’urine dans quelque lieu public fort fréquenté. Je pensais aussi à toutes les choses qu’il avait touchées, toutes les molécules, les mains aventureuses du capitaine Nicholls dans la solitude sans amour des longues nuits en mer, la moiteur des parois vaginales de jeunes filles ou de vieilles prostituées, dont les molécules doivent exister encore, fine poussière balayée par les vents du Cheapside jusqu’au Leicestershire. »
L’histoire porte aussi sur la découverte du « plan sans surface »…

Économie familiale
Une initiation sexuelle guidée par un aîné maladroit, avec une déviation insane, traitée sur le mode burlesque.
« Toutefois, arrivé sur le palier, le sang étant descendu de la tête au bas-ventre, au sens propre du terme, ou comme eût dit Jane Austen, étant moi-même passé de la raison aux sentiments, au moment donc où je reprenais mon souffle en posant ma main moite sur le bouton de la porte, j’étais résolu à violer ma sœur. »
Le dernier jour de l’été
Un jeune garçon vit dans la communauté que son aîné a constitué après le décès de leurs parents. Les rapports humains sont très finement observés dans ce récit poignant, jusqu’au drame final.

Bande à part
Une brève pochade, où j’ai vu une piquante satire d’un théâtre contemporain si épris de représentation d’un monde dont il est déconnecté qu’il en est devenu ridicule.

Papillons
Aperçu de l’intérieur d’un désaxé dans le monde pervers d’une banlieue londonienne désolée, parvenue à l’atrocité banalisée.

Conversation avec un homme-armoire
Aperçu de l’intérieur d’un jeune homme maintenu dans l’enfance par une mère abusive, puis jeté dans le monde, et qui voudrait retourner en enfance. (M’a ramentu L’homme-boîte de Kôbô Abé).

Premier amour, derniers rites
Une étrange histoire d’amour dont une rate grosse ne réchappera pas, mais une anguille si.

Masques
Encore une mère abusive, ici de substitution et de plus actrice déchue, qui manipule un jeune garçon. Cette fois dans un texte plus développé, au ton moins percutant mais tout aussi efficace.

Pornographie
Il travaille dans le sex-shop de son frère, et trompe deux infirmières l’une avec l’autre, leur transmettant sa MST ‒ et elles se vengent.

Réflexions d’un singe captif
Le simiesque amant délaissé de l’auteure d’un seul roman (parlant de la stérilité féminine) narre les vains efforts de cette dernière pour en produire un second ; le ton est ampoulé, comme on imagine le style du best-seller en question. Hilarant !
« Comme se dit intérieurement Moira Sillito, l’héroïne du premier roman de Sally Klee, pendant l’enterrement de son mari : "Tout change." La douce, la péremptoire mais finalement tragique Moira est-elle consciente de démarquer le poète Yeats ? »

« Sally Klee et moi dégustons notre café dans un "silence riche de promesses". C’est du moins ainsi que Moira et son mari, Daniel, jeune cadre brillant dans une entreprise locale d’embouteillage, sirotent leur thé en digérant l’information selon laquelle aucune raison médicale ne leur interdit de procréer ensemble. »
Morte jouissance
Qu’un homme tombe amoureux d’un mannequin, l’idée n’est peut-être pas neuve (voir Les boutiques de cannelle de Bruno Schulz), mais n’a sûrement jamais été menée jusqu’à un tel accomplissement !

Sous les draps
Écrivain, divorcé, il reçoit sa fille, et la copine de celle-ci ; la situation n’est pas inédite dans ce recueil, et c’est toujours… trouble.

Psychopolis
Un Anglais à Los Angeles : après la société anglaise, l’états-unienne n’est pas non plus épargnée.

L’écriture précise de Ian McEwan évoque sans porter de jugement des individus marginaux coincés dans la société (british) par la parentèle, le sexe, la vie commune. Il est généralement spirituel, souvent leste, provocateur voire choquant, mais toujours humain me semble-t-il.

Mots-clés : #nouvelle

_________________
« Nous causâmes aussi de l’univers, de sa création et de sa future destruction ; de la grande idée du siècle, c’est-à-dire du progrès et de la perfectibilité, et, en général, de toutes les formes de l’infatuation humaine. »
Tristram
Tristram

Messages : 9970
Date d'inscription : 09/12/2016
Age : 63
Localisation : Guyane

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Ian McEwan - Page 2 Empty Re: Ian McEwan

Message par Bédoulène le Dim 22 Mar - 23:07

mùerci Tristram ; j'y penserai j'ai apprécié les deux livres lus

_________________
"Lire et aimer le roman d'un salaud n'est pas lui donner une quelconque absolution, partager ses convictions ou devenir son complice, c'est reconnaître son talent, pas sa moralité ou son idéal" Le Club des incorrigibles optimistes de J.M. Guenessia "

"Il n'y a pas de mauvais livres. Ce qui est mauvais c'est de les craindre." L'homme de Kiev Malamud
Bédoulène
Bédoulène

Messages : 14589
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 75
Localisation : En Provence

  • Revenir en haut
  • Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 Des Choses à lire :: Lectures par auteurs :: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum