Des Choses à lire
Visiteur occasionnel, épisodique ou régulier pourquoi ne pas pousser la porte et nous rejoindre ou seulement nous laisser un mot ?

Après tout une communauté en ligne est faite de vraies personnes, avec peut-être un peu plus de liberté dans les manières. Et plus on est de fous...


Je te prie de trouver entre mes mots le meilleur de mon âme.

Georges Brassens, Lettre à Toussenot

La date/heure actuelle est Ven 13 Déc - 7:16

132 résultats trouvés pour polar

Arnaldur Indridason

[b]L'homme du lac[/b]

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Tylych82

En juin 2000, un tremblement de terre provoque un  changement du niveau des eaux du lac de Kleifarvatn et découvre un squelette lesté par un émetteur radio portant des inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacées. Le commissaire Erlendur et son équipe s'intéressent alors aux disparitions non élucidées dans les années 60, ce qui conduit l'enquête vers les ambassades des pays de l'ex-bloc communiste et les étudiants islandais des jeunesses socialistes boursiers en Allemagne de l'Est, pendant la guerre froide. Tous ces jeunes gens sont revenus du pays frère brisés par la découverte de l'absurdité d'un système qui, pour faire le bonheur du peuple, jugeait nécessaire de le surveiller constamment.
Erlendur, séduit par un indice peu commun, une Ford Falcon des années 60, et ému par l'amour fidèle d'une crémière abandonnée, s'obstinera à remonter la piste de l'homme du lac dont il finira par découvrir le terrible secret.


Sous la plume d’Indridason , c’est une Islande pleine de surprises  que l’on rencontre  , celle qui se dessine un visage si particulier , parfois si éblouissant et si austère.
Durant ces 3 jours de lecture, je n’ai eu la tête qu’à ce livre en demandant grâce aux matins difficiles…
Sous un lac paisible s’esquisse ce récit, celui qui devient notre plus fidèle compagnon en nous entraînant au beau milieu d’une enquête qui nous mène en pleine guerre froide.  
Arnaldur Indridason nous décrit cette période  qu’on connait dans toute son horreur, celle  d’un dogme socialiste humaniste  radicalisé car très proche du nazisme, bien loin de ce que beaucoup de jeunes d’Europe de l’Est pouvaient espérer dans les années d’après-guerre et il faut reconnaître que fusionner l’historien et l’auteur de polar, c’est toujours assez jouissif.
C’est pourquoi  L’homme du lac est le livre d’une jeunesse,d’étudiants islandais boursiers envoyés en Allemagne de l’est au beau milieu des réseaux de services secrets du bloc communiste , de la surveillance réciproque et des réseaux de lutte prônant la liberté.
Loin des enquêtes  sans réelle racine, l’auteur s’emploie à donner de la substance à ses écrits en plus d’une intrigue bien menée, il ne fait pas que tourner en rond autour de celle-ci, il dépeint  une période, ce qui réconcilie le littéraire avec le polar.
Autant dire que les enquêtes d’Erlendur , homme cynique et insondable vont surement toutes atterrir dans ma bibliothèque avec convoitise.


mots-clés : #polar
par Ouliposuccion
le Mer 1 Fév - 8:14
 
Rechercher dans: Écrivains de Scandinavie
Sujet: Arnaldur Indridason
Réponses: 3
Vues: 295

CHOI Jae-hoon

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 51urhb10

Sept yeux de chat

De prime abord, en lisant ce livre, j'ai eu l'impression de me plonger dans un sept petits nègres à la sauce coréenne. Plutôt bien écrit, divertissant, sans grande originalité toutefois. Mais, juste au moment de connaître la clé de l'énigme, voilà qu'en fait de dénouement débuta une nouvelle histoire, qui, a priori, n'avait absolument rien à voir avec la précédente. Sentiment d'agacement, de frustration même !
Et puis… Et puis il faut bien l'avouer, ce diable d'auteur a un talent de conteur indéniable, qui vous emporte malgré vous ; je me suis prise au jeu de ces histoires en forme de poupées gigognes. Au fil de la lecture, les différents récits, en apparence disparates, se sont mis à se répondre entre eux, à jouer, à dialoguer. Je me suis alors muée en détective, traquant le détail qui éclairerait tout, m'amusant des différentes versions d'une même histoire, sans cesse renouvelée et pourtant si différente à chaque fois.

Bientôt,  mon esprit s'est mis à ressembler à ces tableaux d'enquêteurs que l'on voit dans les séries policières : des noms et des visages, reliés entre eux par de multiples traits. Mon esprit rationnel cherchait la logique de tout ça, et chaque détail qui semblait me mener plus près de la solution donnait naissance à une nouvelle connexion. Il y avait toujours plus de traits. Et puis, il y avait ceux que je croyais fixes et que je me devais tout à coup d'effacer ; ceux qui, malgré tous mes efforts, resteraient à jamais en pointillés ; et enfin tous ceux que je ne suis jamais parvenue à tracer...
Tout cela a fini par former un enchevêtrement invraisemblable, qui a bientôt pris des proportions monstrueuses, sans que je sois plus avancée pour autant…

Pour apprécier pleinement ce roman déroutant, il faut accepter de lâcher prise, de se laisser allègrement manipuler par l'auteur, et alors, tout cela devient assez jouissif. L'on se doute bien et que la clé de l'énigme ne rassemblera en rien aux policiers qu'on a l'habitude de lire, l'on commence même à douter qu'il y en ait une, mais on se laisse porter par cette imagination diabolique et débridée.
Dans ce cercle infernal, les histoires se renouvellent et se répondent à l'infini, avec quelques éléments qui, toujours, reviennent tels un leitmotiv. Et c'est pourquoi, alors que j'avais pris mon rythme de croisière et trouvais tout cela fort réjouissant, j'ai moins aimé la fin : l'auteur a dû sentir que j'étais plongée dans une petite routine qui s'amusait certes de ses bizarreries,  mais commençait à se sentir bien confortable. Il m'a alors sortie du cercle pour me plonger dans un nouveau récit qui  ne rentrait pas dans la danse et m'a encore plus déstabilisée. Et là, j'avoue que l'agacement est revenu, face à un auteur qui, décidément, ne fait rien comme tout le monde. Parce que vraiment, je ne comprenais plus rien, et que pour le coup, tout cela était peut-être un peu trop factice.

Alors, une fois le livre refermé, que reste t'il ? Une incontestable admiration pour cet auteur brillant qui m'a manipulée à l'envi.  Le sentiment d'une expérience de lecture hors normes, parfois frustrante, parfois hautement réjouissante.
Je suis retournée à ma petite réalité quotidienne avec, durant quelques instants, le sentiment qu'elle n'était peut-être qu'une illusion, celle que je me crée avec ma mémoire sélective et chancelante, et le prisme avec lequel j'ai choisi de la regarder…

(Ancien commentaire remanié)


mots-clés : #polar
par Armor
le Mar 24 Jan - 17:43
 
Rechercher dans: Écrivains d'Asie
Sujet: CHOI Jae-hoon
Réponses: 1
Vues: 336

Lecture Commune : les Polars

je viens de terminer un "détective"
de Anne Perry, traduit par Pascale Haas : "La révélation de Noël"

résumé : Pour Emily Radley, la belle-soeur du célèbre policier Thomas Pitt, les fêtes de Noël s'annoncent désastreuses. Elle doit quitter sur-le-champ Londres, ses enfants et les mondanités pour passer ce NOël 1895 en Irlande, auprès d'une tante agonisante qui l'a demandée auprès d'elle. Brusquement plongée au coeur du magnifique et sauvage Connémara, dans un petit village perdu au bord de l'océan, Emily ne s'imaginait pas une seconde être confrontée à une affaire de meurtre commis sept ans auparavant. Tandis qu'une tempête ramène sur la grève souvenirs et remords du passé, Emily, aussi à l'aise dans les tourbières irlandaises que dans un salon de la gentry, remue les consciences de la petite communauté, en quête d'un secret bien gardé.



mots-clés : #polar
par leroca87
le Mer 18 Jan - 15:17
 
Rechercher dans: Nos Lectures Communes
Sujet: Lecture Commune : les Polars
Réponses: 199
Vues: 5629

Dennis Lehane

Je viens de terminer Mystic river; j'ai par ailleurs déjà lu Shutter Island. Tout ça est bien ficelé, avec effectivement une attention certaine pour l'humanité des personnages (cf. le quartier irlandais déshérité dans le premier roman). Le thème de l'huis clos dans une île (deuxième roman) fait toujours recette (au moins avec moi), surtout couplé à une énigme, et encore mieux à l'aliénation. Au début du premier roman, j'ai eu une impression de déjà-vu quand un des trois gamins trace dans le ciment frais, et quand l'un d'eux part en voiture, emmené par les faux flics, j'ai compris que j'avais vu le film (d'Eastwood) avant de lire le livre (ce qui est surprenant, vu ma passoire de mémoire, mais témoigne de la puissance dramatique de ces images).  J'ai visionné le film de Scorsese tiré du second dans la foulée de ma lecture, également bien construit autour du double sens de l'intrigue.

On retrouve dans ces ouvrages, comme chez Connelly par exemple, et outre un certain pathos (un peu posé, caricatural), la même justification caractéristiquement nord-américaine de la vengeance, de l'auto-justice, de la violence en général, et la même croyance au Mal depuis Poe (traduit en français par Baudelaire et Mallarmé), traits qui posent quand même question.

« Nous sommes fatigués d’avoir peur, fatigués d’être tristes, fatigués de nous sentir débordés, fatigués de nous sentir fatigués. Nous aimerions que tout redevienne comme avant, qu’il soit possible de revenir à ce bon vieux temps dont nous ne nous souvenons même pas et, paradoxalement, nous fonçons vers l’avenir à toute vitesse. La patience et la tolérance sont les grandes sacrifiées du progrès. »
Dennis Lehane, « Shutter Island », « Troisième jour », 19




mots-clés : #polar
par Tristram
le Sam 14 Jan - 17:13
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Dennis Lehane
Réponses: 23
Vues: 698

Louise Penny

1° d'une série de 7  tomes.

 Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 51vgxu10
   

Three Pines , paisible village se réveille en ce dimanche matin de la Thanksgiving, on vient de découvrir le cadavre d'une veille dame, Melle Neal, ancienne institutrice très appréciée des villageois. À ses heures perdues, elle peint.C'est une peinture qui est responsable de sa mort. Pourquoi? Lisez et vous saurez! Au début, on pense à un accident de chasse, mais au fil du récit on découvre que c'est un meurtre. Qui en voulait à cette charmante dame? L'inspecteur-chef Armand Gamache mène l'enquête. Tout le monde se connait dans ce petit village perdu. Nombreux ont des secrets... C’est un livre agréable à lire.



mots-clés : #polar
par faustine
le Sam 14 Jan - 16:32
 
Rechercher dans: Écrivains du Canada
Sujet: Louise Penny
Réponses: 6
Vues: 452

R.J. Ellory

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 11800_10

Vendetta

Juste le début de l'histoire car un polar il ne faut pas trop dévoiler.  Cela commence par la découverte d'un cadavre dans une Mercury Turnpike cruiser XM de 1956, pas n'importe quelle voiture et le crime sera aussi particulier ; se greffe sur ce crime un enlèvement ; vous en savez assez pour titiller votre imagination !

J'ai toujours admiré l'habileté des auteurs à intégrer dans leurs fictions des personnages réels. Ici l'auteur se sert d'évènements connus par le monde entier et qui n'ont pas été élucidés ou bien dont la véracité a été mise en doute
Spoiler:
c'est autant vrai pour l'assassinat de Kennedy et Hoffa
.

Les personnages sont bien campés et la lectrice (le lecteur) découvre un peu plus profondément ce qu'elle, qu'il croyait connaître des arcanes de la mafia et des accointances avec le politique ; le "ripou".

C'est au rythme lent, prégnant, perturbant de la confession d'un tueur que se déroule le récit. Cet homme, criminel, psychopathe,  écoeure par la nature des crimes autant que par sa façon de les raconter, et pourtant après des heures de confession sur sa "carrière",  le lecteur découvre un sentiment qu'il peut partager avec lui : l'amour de la famille, les sacrifices que tout parent peut faire pour un enfant, son enfant.

L'auteur se joue de ses lecteurs en amenant ce sentiment filial alors que jusqu' à ce moment le mot "famille" ne faisait allusion qu' aux différents et nombreux gangs mafieux.

une lecture intéressante et qu'on ne lâche pas. On voyage aussi ce qui permet à l'auteur des digressions  sur l'histoire et l' ambiance de  plusieurs villes. La nouvelle-Orléans est tout particulièrement bien décrite avec ses humeurs, ses rythmes, son humanité.
Je me propose de revenir sur cet auteur car j' apprécie la première rencontre.

Extraits :

Il fallait vivre ici pour comprendre, il fallait être là, dans Lafayette Street, sur le quai de Toulouse, dans le marché français à vous faire ballotter en tous sens tandis que l'odeur fétide de l'humanité et les sons riches de ses rythmes brutaux vous assaillaient...

"Peut-être la chose la plus triste dans ma mort sera-t-elle ma vie."

Ca me sidérait, ça n'avait jamais cessé de me sidérer, que, en de telles situations, ces gens ne devinaient pas ce qui allait arriver. Ou peut-être qu'ils le devinaient et que, conscients que c'était inévitable, ils s'en remettaient au destin. Peut-être qu'ils survivraient. peut-être qu'ils croyaient que Dieu serait de leur côté et les tirerait de là. Mais je savais pertinemment que Dieu était le pire lâcheur qui ait jamais existé.

Je me suis essuyé les mains sur le drap, que j'ai balancé dans le coffre, puis, après être remonté dans la voiture, j'ai allumé une fois de plus le contact et effectué plusieurs allers-retours sur le corps pour faire bonne mesure. J'ai remonté les vitres, verrouillé les portes et suis retourné à l'endroit où le corps écrabouillé de Chevron gisait à demi enterré dans la terre meuble au milieu des arbres. J' ai saisi ses mains l'une après l'autre et, au moyen du cric, lui ai écrasé les doigts sur une pierre pour que ses empreintes digitales ne permettent aucune identification. J'ai fait de même avec sa machoire et le bas de son visage.


mots-clés : #polar
par Bédoulène
le Jeu 12 Jan - 17:41
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: R.J. Ellory
Réponses: 35
Vues: 1270

Katou

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Katou110 Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Katou210

Coloriste : Franz K

Là où dansent les morts

Il s'agit d'une adaptation en deux tomes d'un roman de Tony Hillerman.

Quelques mots sur Tony : Naissance en mai 1925, dans l'Oklahoma. Enfance originale où il fréquente les bancs de l'école avec des indiens pottawatomies et séminoles. Engagé volontaire dans l'infanterie pendant la seconde guerre mondiale, il reçoit pour sa bravoure au combat les plus hautes distinctions de l'US Army. De retour dans le civil, il commence une carrière de journaliste et d'universitaire.
Quand il donne à lire à un agent new-yorkais son premier roman, celui-ci lui demande d'enlever toutes les références... aux indiens ! Tony Hillerman n'abandonne pas et envoie son livre chez l'éditeur Harper & Row qui l'accepte immédiatement. La carrière de Tony Hillerman est alors lancée. Aujourd'hui, ses romans policiers se déroulant au cœur des réserves navajos ont fait le tour du monde. Aux Etats-Unis, ils permettront même aux jeunes indiens navajos et zunis de redécouvrir leurs traditions ancestrales.

Sympathique découverte que cette BD, dont le dessin, a priori, n'est pas celui que j'affectionne. Très classique, bourré de détails, la page est quasiment saturée par les traits ; cependant je me suis très vite familiarisée à cette surabondance et la découverte des univers navajos et zunis, la capacité de Katou à donner un maximum d'informations en un minimum d'espace m'a beaucoup intéressée.

L'histoire tient en deux lignes : un jeune navajo qui devait participer à une grande fête en enfilant les habits d'un dieu du feu est tué et son meilleur ami, un zuni (ennemi juré des navajos) a disparu. L'enquête est prise en charge par un policier zuni lancé à la poursuite de son jeune coreligionnaire. Il visitera ainsi les institutions navajos et américaines, un camp de hippies aux relations assez troubles avec le trafic de drogues et un camp de fouilles archéologiques qui devrait révolutionner l'histoire paléolithique américaine.

On le voit, les sujets brassés sont forts vastes et très efficacement traités par un dessinateur que l'on sent très à l'aise dans l'agencement du scénario et dans la prise en charge de ses personnages. L'intérêt dévie très rapidement de la simple enquête policière pour se tourner non seulement vers les us et coutumes des indiens mais également vers l'ensemble d'un territoire chargé d'Histoire.
Et Joe Leaphorn, le flic zuni, le traqueur par excellence, a beau faire partie du clan de ceux qui parlent lentement, son personnage fascinant, d'un stoïcisme saisissant, donne un sacré relief à l'aventure.

Je ne m'attendais pas à être aussi emballée par cette très riche BD.


mots-clés : #bd #minoriteethnique #polar
par shanidar
le Mar 10 Jan - 13:56
 
Rechercher dans: Bande dessinée et littérature illustrée
Sujet: Katou
Réponses: 5
Vues: 300

Arnaldur Indridason

Etranges rivages 

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Image312

Les étranges rivages, ce sont ceux des fjords de l’est islandais. Des rivages où des hommes, des femmes et des enfants disparaissent dans des tempêtes aussi soudaines qu'effroyables, et qu'on ne serait pas surpris de voir hantés par des revenants. C'est sur ces terres de son enfance qu’Erlendur revient pour un séjour comme une espèce de pèlerinage . Et que fait le commissaire pendant ses vacances ? Il enquête. Il tourne autour du pot aussi, car si l'objet de toutes ces préoccupations est  la disparition de son petit frère, à 8 ans, alors qu'il le  tenait par la main dans une tempête effroyable, il s'acharne sur d'autres disparitions, celles de soldats britanniques de l'armée d'occupations 1942 et surtout, le même jour celle de Mathildur, la plus étrange, sans doute. Cette fois, Erlendur n’ interroge pas des malfrats, mais de vieilles gens témoins d'une époque révolue, gardiens effrayés de secrets bien gardés, qui, à travers leurs propres histoires sauront le mener sur le chemin d'une certaine réconciliation avec lui-même.


Se basant sur l’idée , peut-être un peu simpliste, que trouver une explication aux épisodes les plus douloureux de sa vie, aussi difficile que cela puisse être, ne peut qu’apaiser, notre commissaire ne joue pas au policier, mais il ne peut s'empêcher de traquer une vérité qui lui a toujours manqué. Les personnages ont vieilli avec leurs secrets, et les dévoilent peu à peu, à contre-cœur, car ces vérités sont parfois insupportables, mais elles permettent finalement d’exister, de se retrouver,  de comprendre et pourquoi pas d ‘accepter.

Il y a une étrange poésie dans les scènes de rêves obsédantes, qu’on ne différencie pas toujours  très clairement de la reviviscence des scènes d’enfance émergeant peu à peu de la mémoire torturée d’Erlendur – et cette interpénétration entre cauchemars et souvenirs est à la fois lancinante et belle. L’intime est une souffrance, que cette enquête obstinée souhaite panser, à défaut de la  guérir.

(commentaire récupéré)



mots-clés : #polar
par topocl
le Lun 9 Jan - 10:13
 
Rechercher dans: Écrivains de Scandinavie
Sujet: Arnaldur Indridason
Réponses: 3
Vues: 295

Dashiell Hammett

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 220px-15

Sang maudit / The Dain Curse (1929)

Roman d'enquête publié en quatre partie dans la revue Black Mask. Un découpage qui impose, ou permet, de varier les plaisirs pour le Continental Op, le détective sans nom. Ce qui commence en vol de diamants se complique rapidement en meurtres mystérieux, un mystère qui s'entoure rapidement du mystère d'une malédiction et des écrans de fumée d'une secte. On ne manquera pas non plus de quitter la bonne société de San Francisco pour se réfugier dans une petite station balnéaire en  manque de succès. On peut deviner certains des nombreux rebondissements comme démasquer le coupable mais on se laisse faire dans les méandres de l'intrigue et ses complications. Et quatre épisodes et des personnages qui ne meurent pas tous à chaque fois ça aide à brouiller les pistes. Tout ça est au point mais reste alimentaire c'est vrai. Le reste aussi si on prend le temps d'y penser mais retrouver ce détective opiniâtre qui fait des efforts pour ne pas être trop sympathique fait plaisir. Dans l'ensemble c'est nettement moins violent que Moisson rouge si on fait abstraction des nombreux cadavres et d'un blessé en particulier (brrrrrr... ). Il y a cependant des points communs à chercher du côté des personnages secondaires moyens, du côté faillible des mathématiques personnelles et pour un penchant vers la marge, des états de consciences altérés et une presque héroïne dépendante au psychotropes. Ça donne de la substance et de la personnalité à cette recette plus éprouvée qu'éprouvante. Un bon moment de lecture, bigarrée sur fond noir, avec la générosité d'une lueur d'espoir cette fois.



mots-clés : #polar
par animal
le Dim 8 Jan - 21:09
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Dashiell Hammett
Réponses: 29
Vues: 982

Craig Johnson

Dans l'idée de peut-être fournir des pistes pour la LC polars, voici les compte-rendus de ma lecture du début de la série (où il faut privilégier une lecture dans l'ordre). On n'est pas obligé de  lire tous ces comemntaires, çà pourrait  bien donner une indigestion, mais ramener l'un sans les autres n'avait guère de sens pour moi.

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 0251-c10

Little Bird

Je vais tout de suite vous dire qu’à la fin de ma lecture, je me suis précipitée à faire des recherches, et… Quelle joie !… Craig Johnson a publié 11 romans en anglais, 7 sont traduits en français, dont 4 en poche… Que de plaisirs en perspective !
(Par contre il paraît que la série, Longmire, est décevante)

Quatre ans plus tôt, quatre jeunes gens ont violé la petite indienne Melissa Little Bird et sont restés presque impunis. Personne n'a oublié. Surtout pas le shérif Longmire, et, apparemment,  encore moins l’inconnu qui commence par descendre le premier des quatre.

Cela part comme un polar délectable. Le shérif est désabusé à souhait. Il s’est lié d’amitié lors de la guerre du Vietnam avec l’indien Henry Standing Bear, plein de sagesse et de bienveillance, une amitié qui s’exprime plus par les actes et les silences que par de grandes déclarations. L’enquête piétine. Ce n’est pas faute d’assistants passionnés et attachants, qui ont chacun leur sale caractère, leurs secrets, leurs sarcasmes facétieux et leur dévouement. Ce n’est pas faute non plus, on l'apprendra à la fin, d'indices déposés avec discrétion par l'auteur.
Peu à peu, tranquillement,  le suspense monte, tant par la progression de l’intrigue, par l'opacité du mystère que par l’enrichissement des liens qui unissent les personnages. La spiritualité indienne, l’évocation d’une nature sauvage,  les effroyables conditions météo, qui nous valent quelques scènes d’anthologie, contribuent à la progressive montée en puissance.
Et puis la fin… comme une claque: bien installé dans son fauteuil, on a cru savourer un excellent roman, et c’est bien plus que ça…  la fin est dérangeante et déchirante…

Il faut parler des dialogues. Je n’aime pas trop les livres qui regorgent de dialogues ; mais ceux –ci sont des dialogues de taiseux à l’humour décapant, pleins de mordant pour mieux cacher leurs fêlures. Les réparties,  des plus concises, s‘enchaînent en échanges décoiffants. Elles alternent avec les silences, les gestes ébauchés, les regards. Nul besoin de fioritures, cela claque, Craig Johnson ne recule devant aucune réplique monosyllabique. Et cela donne une ambiance de délicieux vieux westerns d’amitié virile. Mais justement il y a des femmes aussi, et pas des moindres.  

 
 Les morts veulent simplement la même chose que les vivants : qu’on les comprenne.


C’est vraiment excellent, ce mélange de douceur et de violence, de mélancolie et d’humour, de légèreté et de tragique..
Ouaip.






Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 0343-c10

Le camp des morts

J'ai un peu moins aimé ce roman que Little Bird, mais peut-être, pour quelqu'un qui n'est habituellement amateur ni de polar ni de séries, aurait-il mieux valu faire une pause plus longue entre les 2 opus. Ainsi j'aurais été moins gênée par un scénario qui reprend un peu trop les grands axes du livre précédent : une mort dont le caractère criminel n'apparaît que dans un 2e temps, un suspect numéro 1 qui est un des intimes du shérif, une belle femme entreprenante prête à sauver Longmire de son marasme privé, la mise en avant d'une communauté minoritaire (les Indiens dans Little Bird, les Basques dans Le camp des morts), la montée progressive du récit, avec un long temps de mise en route avant l'accélération, le rôle capital des conditions climatiques effroyables dans le déroulement de l'intrigue.

Inversement, ce côté déjà-vu a ses avantages : on retrouve Durant, et comme c'est une petite ville, tout le monde se connaît, et nous aussi on finit par connaître tous les protagonistes, les importants et les secondaires, on se retrouve comme chez soi  dans tout ce petit monde, c’est un plaisir de voir les caractères se confirmer, et les répliques fuser. De profiter des silences, aussi, qui sont des temps forts du livre. Et cette nouvelle tempête de neige, bien différente de la première, il faut le reconnaître, ça a une sacrée gueule. Plus on avance dans la lecture, plus ce sentiment de familiarité fait qu'on s’y sent à l'aise, en empathie avec les personnages, prêt à savourer pleinement l'humour soigneusement distillé au fil des pages.  Le rythme s'accélère, l'intrigue se complexifie, et on finit par n'avoir qu'une envie, c'est tourner les pages, avancer - mais en prenant son temps, aussi, pour déguster le tendresse des personnages, cachée derrière leurs réparties incisives. Au final, c’est assez compliqué, la solution, moins sobre.

Bon, donc je ne pense pas lâcher Longmire, mais, je vais le laisser se reposer (il en a bien besoin , le pauvre) Et quand j’y reviendrai, ce sera comme rencontrer un vieux copain, retrouver ses tics et ses marottes,  ce sera peut-être le printemps, et j’aurai plaisir à découvrir ce qu’il va perdre, cette fois, lui qui déjà n’a plus d’illusions,  mais en plus a laissé au fil des livres une oreille et un œil.






Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 5263-c10

L'indien blanc

Peut-être que la mort n'existe pas, peut-être que la vie nous use à force d'amour, c'est tout.


Ce troisième tome m'a emportée.

Foin de l'intrigue policière,comme d'habitude assez compliquée,  et qui tient par moments du jeu de piste. Je m'en suis contre-fichée pendant toute ma lecture, tant j'étais embarquée par les personnages, par l'humain, par l'émotion. Je ne vais donc pas  parler de l'intrigue, mais pour ceux qui ont lu les précédents , sachez que Walter Longmire et Ours Debout (et le chien) vont à Philadelphie retrouver Cady, la fille du shérif, qui, à sa façon, a un rôle important dans l'affaire cette fois-ci, et que leur duo marche super bien. Cette amitié aussi rêche que solide est une source vivifiante pour l'auteur. Ils entrent en contact à titre personnel et professionnel avec toute la fameuse famille flic de Vic, et là aussi c'est une grande réussite. Pas de tempête de neige ici, (on est en avril) mais une scène cruciale en forêt sous une pluie battante, et quelques épisodes de visions indiennes.

Malgré le drame qui prend à la gorge, on retrouve tout au long des pages l'humour désenchanté de Craig Johnson, et notamment, on  découvre ici la clé de la tactique d'enquête de Walter Longmire :

   
Lorsque je cherche des bonbons, je vais dans un magasin de bonbons.


Surtout, surtout, c'est le livre le plus déchirant que j'ai lu depuis longtemps(peut-être depuis un certain autre livre de chez Gallmeister). Je n'aurais jamais cru qu'un polar puisse m'émouvoir à ce point. La tendresse et le respect entre les personnages, l'attention amicale, et surtout l'amour indicible des parents pour leurs enfants adultes : il y a des pages et des pages où l'on est dévoré de compassion pour les personnages qui se débattent dans leur détresse. Quant à Longmire, totalement désespéré ,  il n'en met pas moins tous ses espoirs et sa confiance dans la jeunesse, ce qui est assez admirable chez un homme aussi désabusé.

Enfin, pour ceux qui connaissent Philadelphie, il y a d'incessantes ballades, déambulations, courses poursuites dans la ville qu'il doit être encore plus agréable de partager en la connaissant.

Et puis,  les dialogues, cette fois-ci, sont parfaits.






Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 10087310

Tombé du ciel (nouvelle)

C’est une petite nouvelle (12 pages) offerte gracieusement par les libraires aux fidèles de Gallmeister, (histoire de faire un peu de pub au passage pour Molosses, le sixième tome sorti récemment). Je l'ai donc plutôt mérité.

On y retrouve le shériff Longmire, le 1er janvier 2000, deux mois après la mort de sa femme Marta. Il n’est pas encore sorti de son vieux peignoir crasseux, et il fait peine à voir. Mais il n'en continue pas moins à s'occuper des chats écrasés du Comté, et n'est pas loin de se prendre pour Jésus Christ.

Savoureux et drôle.





Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 5362-c10

Enfants de poussière

Une fois passé le premier chapitre qui est un morceau choisi d'émotion tendre et triste (Longmire voit Cady, sa fille adulte, en même temps l'aimer  et lui échapper),...

 
Elle était belle, et le casse-pieds là-dedans, c'était qu'elle le savait.
   Cela lui permettait d'obtenir à peu près tout ce qu'elle voulait. La beauté, c'est le télépéage de la vie. Moi j'ai la chance de pouvoir emprunter les bandes  d'arrêt d'urgence.


...on passe à l'exposé de l'intrigue, une fois de plus fort compliquée, et j'ai eu mon moment de déception. Et puis, après le premier tiers, j'ai retrouvé le Longmire que j'aime, cet homme meurtri et sensible.

Comme la jeune femme assassinée est vietnamienne, les traumatismes de la guerre du Vietnam remontent, l’histoire vietnamienne avec les flashs-backs qui s'intercallent, n'est d 'ailleurs pas toujours à la hauteur de l'intrigue principale, même si elle gagne beaucoup sur la fin.  

   Elle [la guerre] avait aussi épuisé son stock de nourriture, de munitions et de médicaments  - les morts étaient une des rares choses qui semblaient toujours se trouver en abondance.


Walt a bien besoin de l'aide  matérielle et affective de toute sa bande : l'Ours toujours fidèle mais droit, Cady qui se remet courageusement de l'épisode précédent et retrouve Michael, Vic dont il ne sait toujours pas si elle l'aime ou a pitié de lui, et tous les autres qui se décarcassent autour de lui. Il y a aussi cette hallucinante ville-fantôme protégée par les serpents à sonnette,...

   Il semblait  que la vie avait choisi de déserter pour aller se cacher dans les fissures aux bords déchiquetés de ce paysage rude et qu'elle avait oublié de revenir.


... ce géant indien psychopathe, et les éternelles interrogations existentielles de Walt. Sans parler de la sueur qui transperce les chemises.

L'émotion  revient, la réserve et la pudeur de cet homme qui a toujours besoin  d'être dans le vrai . Ce poor lonesome shérif. J'ai rarement vu autant de drôlerie mêlée à tant détresse.

On referme  le livre, on soupire d'aise et... Mais qu'est-ce qu'ils vont devenir ?... ils sont tous si attachants...





Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 0602-c10

Dark Horse

   Je déteste être celle qui t'annonce ça, à toi, qui as vingt quatre ans de métier, mais certaines personnes sont en prison parce qu'elles sont coupables.


Oui ,mais si Walt Longmire, le shérif solitaire, a décidé que Mary Barsad, qui est enfermée dans l'une  des cellules dont il a la responsabilité, est innocente, il ne va pas hésiter à mouiller la chemise pour le prouver. Il part donc pour Absalom, où celle-ci est censée avoir tué son mari de 6 balles dans la tête pendant son sommeil, et qui n'est pas particulièrement une petite ville accueillante à l'étranger. A l'entrée du cimetière, est écrit en lettres gothiques : VOUS QUI ENTREZ ICI, ABANDONNEZ TOUT ESPOIR, et cela pourrait bien être inscrit en grosses lettres à l'entrée de la ville.

C'est l'occasion de quelques beaux portraits de paumés sympathiques ou de fieffés salauds. La présence que Craig Johnson parvient à leur tailler, compense un peu le fait que cette fois-ci, Craig Johnson fait  pour l'essentiel  cavalier seul, c'est le cas de le dire, heureusement soutenu par son ami Le Chien et les conversations qu'ils partagent, et que, si l'on voit passer Vic et l'Ours dans des passages plutôt puissants, ceux-ci restent rares.

On aura donc peu de nouvelles de la tribu  Longmire, juste un coup de fil de Cady, et c'est un peu frustrant, évidemment. Par contre l'intrigue policière, quoique bien tordue, échappe à l'excessive complexité qui a pu dérouter parfois dans les précédents opus. Et on approfondit notre connaissance du toujours généreux shérif Longmire,    qui notamment  retrouve les lieux de son enfance et révèle sa grande tendresse pour les chevaux. Quant à sa capacité à s'impliquer physiquement, qui donne quelques scènes d'action et chevauchées dignes des meilleurs westerns, elle n'est pas nouvelle, mais n'a pas fini de nous étonner…





Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 0732-c10

Molosses

Quel plaisir de lire cette excellente cuvée !

Longmire, le shérif mélancolique qui aime mieux les chiens que les hommes, ou en tout cas sait mieux leur parler, se lance, pour la Saint-Valentin, dans une nouvelle enquête alors que l'hiver n'en finit plus de proposer ses températures de -20°, sa neige et son blizzard. Il va évidemment y récolter quelques blessures et bleus à l'âme supplémentaires. Vic, qui se découvre des besoins de stabilité et jure toujours comme un charretier , est au meilleur de sa forme, ce qui n'est pas le cas du Basque qui a perdu son bel entrain. Quant à Cady elle vit sa vie à Philadelphie, présente-absente éternelle. On les connaît de mieux en mieux et c'est un réel régal de retrouver leurs répliques afutées ..Et les nouveaux personnages, ceux qui alimentent l'enquête,  ont leur présence époustouflante bien à eux.

L'intrigue est une fois de plus compliquée à souhait, mais pour la première fois, je crois que j'ai absolument  tout compris (je ne sais pas si c'est Craig Johnson ou moi qui progresse).
Toujours le rire et le désenchantement, , la petite ville perdue du Wyoming, les vieilles bagnoles, et cette fois-ci, cerise sur le gâteau, l’essentiel se déroule sous l’œil de deux molosses qui gardent un casse de voitures-déchetterie municipale d’anthologie.







Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 0848-c10

Tous les démons sont ici

 
 Je restais là, dans la neige tourbillonnante, planté comme une sentinelle des montagnes, mais c'était bon d'être debout, de ne pas tomber, de ne pas céder, de ne pas mourir - à nouveau.


Et nous voilà repartis pour une aventure avec Walt Longmire ! Et pas  des moindres. L’exposition  de la nouvelle situation (un géant psychopathe pire que psychopathe qui défie le FBI et la mémoire d'un jeune indien assassiné)  nous fait renouer avec l'humour féroce de Craig Johnson. Ce début drôle comme tout amène   Longmire à se jeter comme un fou qu'il est dans une chasse à l'homme hallucinante, à l'assaut une  fois encore  des Bighorn Mountains, dans le froid, le vent , la neige et le  brouillard pour une quête hallucinée. Hallucinée est le mot car au fil du temps la quête, placée sous l'emblème de l'Enfer de Dante, prend une  intensité pathétique, troublante, fascinante. Difficile d'en dire plus, mais Longmire est une fois de plus protégé par les Esprits Cheyennes, obstiné jusqu'à l'épuisement, mais transporté par une force aussi magique que poétique. Et la fin, que je ne vais surtout pas dévoiler, réinvente complètement le roman et invite à une relecture.

On en reste tout retourné, captivé par cette lutte entre réalité et magie indienne. C'est un épisode où Longmire fonctionne presque en solo, mais si bien mené, si inventif et haletant que l'équipe du shérif (qui suit son chef à la trace à distance) ne nous manque presque pas.

Craig Johnson est décidément très fort, formidablement créatif, ce n'est pas le genre à tourner en rond dans une série planplan, il invente, il défie le lecteur, il l'épate !


(commentaires récupérés)
Voilà, j'en suis là, faiut que je me trouve À vol d'oiseau, et Steamboat


mots-clés : #polar
par topocl
le Sam 7 Jan - 14:14
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Craig Johnson
Réponses: 12
Vues: 525

Thierry Jonquet

La bête et la belle

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Image258

On se dit au début que c’est un petit roman noir, assez drôle, qui ne craint pas la caricature (mais c'est un conte, n'est-ce pas) et qui ne se fatigue pas à creuser ses personnages, ni à  tirer pas autant profit qu'on l'aurait voulu de sa situation dans une banlieue ouvrière. On apprend finalement que c'est une double supercherie, dans laquelle j'ai totalement marché, et que j'ai donc trouvée habilement menée. C'est donc sur la fin assez malin et cocasse, les défauts-même s'expliquent plus ou moins, mais j'ai trouvé le chemin un peu long avant de le découvrir.

(commentaire récupéré, c’est drôle, parce qu'à distance l'impression qui me reste est bien meilleure)
mots-clés : #creationartistique #polar
par topocl
le Ven 6 Jan - 9:48
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Thierry Jonquet
Réponses: 5
Vues: 385

Ismail Kadare

Qui a ramené Doruntine

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Image287

Conte plaisant dont l'humour macabre n’est pas sans rappeler Perutz, Qui a ramené Doruntine raconte comment une sombre affaire de fantôme devient une affaire d'Etat et de Religion.
On croise ici une famille de neuf frères décimés par la peste, et l'un d'eux sort de sa tombe pour quérir leur unique sœur (la fameuse Doruntine), mariée au loin en terre inconnue. Les rumeurs les plus saugrenues se confrontent aux prises de position rigoristes de la Sainte Eglise Orthodoxe pour influer Stres, le capitaine bonhomme qui enquête sur cette affaire et trouvera sa propre solution (qu'importe la vraie solution?), en forme d'appel à l'esprit national et frondeur des Albanais.

(commentaire récupéré)



mots-clés : #fantastique #polar
par topocl
le Ven 6 Jan - 9:37
 
Rechercher dans: Écrivains d'Europe centrale et orientale
Sujet: Ismail Kadare
Réponses: 4
Vues: 381

Arthur Conan Doyle

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 41hima10


Le Chien des Baskerville

Un souvenir de lecture imposée. Puis relu pour un cours.

J'ai du le vendre en parlant de la qualité de l'ambiance. Surtout quand on est corrompu avec Guy Ritchie et son Iron Man de Sherlock (je suis plutôt Team Captain America en fait).

Une impression d'avancer dans la brume à côté de Sherlock. Watson est évidement génial (entre une nounou, un faire-valoir et un amant secret).

Et toujours cette brume et cette intrigue bizarre de folklore et de mort. Ça se lit "tout seul", une tasse de thé à portée de main. Une pipe peut-être ?
Une rencontre inoubliable avec un détective qui en a sous la cafetière.




mots-clés : #polar
par Mordicus
le Mar 3 Jan - 20:19
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: Arthur Conan Doyle
Réponses: 14
Vues: 620

Dashiell Hammett

C'est surtout Moisson rouge qui me revient, plus que les nouvelles, avec son ambiance délétère et brutale mais aussi la ténacité qui lui permet de s'affranchir des limites. Je vous recolle mes deux lectures en spoiler, ça sera plus lisible :

première lecture:
Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Robert10
Robert Frank, Butte Montana, 1956


Moisson rouge (1929)

Pas évident de parler de ce bouquin. On rentre très vite dans le vif du sujet par l'intermédiaire d'un détective employé par une grande agence (la Continental Op) qui débarque à Personville ou plutôt Poisonville comme les gens l'appellent, une cité minière du Montana. Il ne rencontrera jamais son client qui se fait assassiner.

En un peu moins de 300 pages et dans enchaînement, enchevêtrement, de coups tordus notre détective va ingurgiter beaucoup d'alcool et plus si affinités et semer une sanglante pagaille dans cette ville corrompue jusqu'à la moelle. Entre le vieux bonhomme qui détient la ville, le chef de la police et les quelques principaux truands, en tournant autour de l'esquintée et pourrie jusqu'à l'os femme fatale de service et de ses prétendants éconduits, le détective navigue, asticotant celui-là, donnant un coup de main malgré lui à celui-ci, manquant de se faire truffer de plombs entre les deux... sans jamais se départir de son opiniâtreté ou d'un bon sens de la répartie.

Notre super héros aussi sympathique que s'il faisait peur avec son mètre 60 et ses 86 kilos ne se prive évidemment pas pour mettre la pression de façon musclée à ses interlocuteurs. Une bizarre vision hallucinée, de cauchemar, de violence incessante qui se lit néanmoins avec un plaisir certain pour le charme du croqué des attitudes et toute la désillusion qui se sauve dans un humour noir et grinçant.

Il y aurait moyen de causer du drôle d'effet de cette narration sauvage qui fonctionne à la pensée et au dialogue, distille des retournements de situation mais surtout s'abrègent régulièrement pour passer à la suite. Le détective nous coupe la page ou le dialogue sous le pied pour aller plus vite vers l'inévitable bain de sang (espéré salvateur pour la communauté).

Je m'y suis trouvé un peu moins à l'aise que dans mes nouvelles de Chandler, d'une certaine façon ce Hammett m'a fait l'effet d'être moins pop, c'est grandiloquent mais avec une solide dose de méchanceté! Je compte cependant bien y revenir. Et puis c'est dépaysant pour le décor comme pour la forme, et ce dépaysement me plait bien lui aussi.


deuxième lecture:
Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Mtbutt10

Moisson rouge (1929) - Deuxième lecture

C'est comme une bonne série B, ce n'est pas forcément que c'est l'histoire la plus fine du monde ou qu'une qualité excessive soit à l'origine de notre plaisir mais on retombe dessus et on ne voit pas de bonne raison pour ne pas se laisser reprendre au jeu.

Le petit bonhomme pugnace, employé d'une grande agence de détectives, qui n'a pas de nom arrive dans une ville minière (variation sur le thème de Butte dans le Montana) pour trouver son client mort et un niveau vertigineux de corruption. C'est presque contre la volonté du père du défunt qu'il va mener une campagne un peu spéciale de remise à plat des pratiques locales.

Mais ne pas se faire d'illusions ce n'est pas un Zorro ou un d'Artagnan qui nous raconte son histoire. Plus, si on doit comparer à des images cinématographiques de film noir et à une forme de glamour qui va avec, il va falloir se rendre à l'évidence ici il n'y en a pas. Tous pourris, tous violents, tous prompts à jouer des influences et des coups bas, la course de fond dans cet univers parallèle de la truandaille est haletante. On trouve bien en appât du "qui a fait le coup" (peut-être trop d'ailleurs, ça pourrait avoir l'air répétitif pour ça) mais ça enchaîne. Quelques mots plus ou moins bien ajustés, quelques règlements de comptes sans remords...

La petite touche derrière cette apparente absence de psychologie, le truc qui fait tenir le lecteur, pourquoi pas la fatigue, une lassitude qui l'emporte parfois sur les personnages, comme ce passage clé sous laudanum. Le passage de l'autre côté du décor de la société : trafic, politique, groupes d'influences (en marge le militant communiste), de l'individu avec la femme fatale de l'histoire Dinah Brand : menteuse, intéressée, à peu près alcoolique, négligée, néanmoins...

Avantage du Quarto : les présentations qui mettent en avant le gouffre qui sépare ce genre cuisine de celle d'une Agatha Christie par exemple ou la part politique de l'auteur sans oublier les contraintes du métier d'écrivain, qui doit quand même vendre, l'effet de genre.

Au final pas de doute : ça avance cette histoire, moins joueur et plus dur que Chandler, moins décontracté, ça avance et ça peut fasciner son lecteur. Je suis très curieux de pouvoir passer à un autre roman prochainement, suite à cette relecture.



mots-clés : #polar
par animal
le Sam 31 Déc - 17:40
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Dashiell Hammett
Réponses: 29
Vues: 982

Pierre Lemaitre

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Images93

Alex


(Un collègue me tanne depuis des mois pour que je lise son LeMaître -que je ne connaissais pas du tout-)

Bref. Il m'a conseillé Alex.

C'est très efficace comme écriture. On est tout de suite dedans. Y'a pas mille descriptions qui alourdissent inutilement l'histoire.
Paris. La nuit. Une fille vient de se faire kidnappée : Alex. Et elle se réveille dans un endroit chelou et elle pressens que ça va mal se passer.
Un flic, Camille, (un peu caricatural d'homme blessé, certes) revient sur le devant de la scène policière après un drame personnel et se lance à la recherche de la kidnappée. ollecte d'indices, collègues efficaces, chef compréhensif, méga chef qui se la pète. Classique.

A partir de là, un chapitres sur 2 nous parle de la victime kidnappée (qui va en chier hein) et l'autre chapitre se concentre sur le flic et son puzzle pour retrouver la fille.

Pis patraras.

Après quelques indices mis bout à bout, y'a un truc qui fait que finalement, cette pauvre victime kidnappée d'Alex, ben elle est franchement pas si innocente que ça.
Même qu'en fait...
*Suspense*

...


C'est "sympa".

Et la fin est délicieusement perverse.

...

Pas besoin d'un plan de Paris sur les genoux pour suivre l'enquête.
Pas besoin d'un dictionnaire à portée de main pour capter les quelques termes scientifiques.

...

2-3 heures de train, une nuit d'insomnie, un cabinet de psy ou la salle d'attente du dentiste et c'est nickel.

J'ai boulotté ça comme des carrés de chocolat et à la fin on se dit "Ho merde, j'ai bouffé la plaque".

...

[Commentaire 100% recyclé]



mots-clés : #polar
par Mordicus
le Ven 30 Déc - 15:00
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Pierre Lemaitre
Réponses: 13
Vues: 539

Richard Hugo

La mort et la belle vie

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Image220

Richard Hugo propose un polar ambitieux avec son flic poète au pays des très riches. Dommage que la solution, particulièrement tarabiscotée, soit évidente dès le premier tiers du roman, dans sa partie qui, à défaut de le partie pourquoi (laquelle est bien capillotractée). On est donc moins motivé à suivre la fausse piste. Dommage aussi que ce défenseur des bons et des honnêtes, d'un humanisme naïf, ne soit pas aussi un défenseur des femmes, dont il passe son temps à reluquer les formes. Dommage que le Montana sauvage et rural, où on croyait voir se situer le roman, soit vite abandonné au profit de villes beaucoup moins sympathiques (ne croyez pas la couverture, il n'y a aucun élan et aucun paysage enseveli sous la neige, on se demande un peu à quoi pensent les directeurs artistiques). Ca se lit honnêtement cependant, grâce à une bonne dose d'humour et des portraits bien troussés.

(commentaire récupéré)



mots-clés : #humour #polar
par topocl
le Jeu 29 Déc - 10:13
 
Rechercher dans: Écrivains des États-Unis d'Amérique
Sujet: Richard Hugo
Réponses: 1
Vues: 262

Georges Simenon

L'ombre chinoise
Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 0-l20o10

Un meurtre place des Vosges, un homme qui a fait fortune, trois femmes... Je me suis trouvé rapidement emballé par cette petite lecture d'un Maigret. ça pourrait être les portraits brossés rapidement et précisément, mais pas encore tant que ça. Le suspens tranquille et implacable de l'enquête pas non plus. Il y a le personnage du commissaire, ses temps de réflexion, ça bonhomie lucide et son sens de l'observation. Plus que tout ça été pour moi le double du personnage dans l'écriture, le partage imposé entre un monde normal et lisse et celui du crime, du dérapage, de la fêlure, de l'échec, de la frustration. Le commissaire est un trait d'union entre les mondes et il y a sa cohabitation, ses sympathies, ses fatigues et ses dégoûts, à demi-mots. Une résignation... et pourtant le portrait d'ensemble à quelque chose d'assez beau. La teneur sociale humaine et violente est très forte autour de ce faussement placide fumeur de pipe. Il y a une tristesse de fond et des espoirs qui marchent plein pot dans cette petite histoire. Ce fut une très bonne surprise car je n'en attendais pas tant et pas aussi simplement.

Et Maigret, la porte refermée, marcha vers la fenêtre que, malgré le froid, il ouvrit toute grande. Il était las, comme après un dur interrogatoire de quelque criminel. Il y avait surtout en lui ce malaise imprécis que l'on ressent quand on est obligé de regarder de la vie des aspects que d'habitude on préfère ignorer.

Ce n'était pas dramatique. Ce n'était pas révoltant.

Elle n'avait rien dit d'extraordinaire. Elle n'avait ouvert au commissaire aucun horizon nouveau.

N'empêche qu'il se dégageait de cette entrevue comme une sensation d'écœurement



mots-clés : #polar
par animal
le Dim 25 Déc - 9:28
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Georges Simenon
Réponses: 57
Vues: 1618

Georges Simenon

merci pour les citations !

en attendant de trouver une occasion d'y retourner je rapatrie :

Le Passager du Polarlys

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Romanp10

C'est une maladie qui s'attaque aux bateaux, dans toutes les mers du globe, et dont les causes appartiennent au grand domaine inconnu qu'on appelle le Hasard. Si ses débuts sont parfois bénins, ils ne peuvent échapper à 1'œil d'un marin. Tout à coup, sans raison, un hauban éclate comme une corde de violon et arrache le bras d'un gabier. Ou bien le mousse s'ouvre le pouce en épluchant les pommes de terre et, le lendemain, le " mal blanc " le fait hurler. A moins qu'il ne s'agisse d'une manœuvre loupée, d'un canot qui vienne se jeter étourdiment sur l'étrave. Ce n'est pas encore le mauvais œil. Le mauvais œil exige la série. Mais il est rare qu'elle ne suive pas, que la nuit, ou le lendemain, on ne constate pas un nouvel avatar. Dès lors, tout va de mal en pis et les hommes, mâchoires serrées, n'ont qu'à compter les coups. C'est le moment que la machine, après avoir tourné trente ans sans une panne, choisira pour s'enrayer comme un vieux moulin à café.


Un voyage mouvementé pour le Polarlys qui remonte la côte de Norvège depuis Hambourg. Le bateau transporte des marchandises et quelques voyageurs. Un nouvel officier qui fait ses débuts, un passager de dernière minute, un passager qui se fait assassiner, une femme troublante.... tous les éléments pour un huis-clos d'atmosphère. Une histoire qui suit tranquillement son cours. Une lecture agréable à défaut d'être prenante ou imparable, la fin pourtant est vraiment bien fichue et relève le plus intéressant du contenu, l'autre partie de la recette du huis-clos : les apparences, les doutes, les attractions et les erreurs de jugement.

Pas mal mais un peu plat pour émerveiller ce petit retour à Simenon après deux lointaines lectures : Le Bourgmestre de Furnes et  Pietr le Letton. J'ai le souvenir (collège ?) de m'être endormi dessus à force de vouloir absolument lire l'un de ces deux-là (et c'est une sorte de très bon souvenir ?).


mots-clés : #polar
par animal
le Dim 25 Déc - 9:26
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Georges Simenon
Réponses: 57
Vues: 1618

Fred Vargas

Temps glaciaires

Tag polar sur Des Choses à lire - Page 6 Image111

Du bon, du très bon Vargas, avec ce mélange d’érudition et de poésie qui sont ses marques de fabrique.

Une intrigue capillotractée, quoique d’une logique implacable, une rationalité mâtinée d'illogisme, une implacable précision racontée avec un humour délicieusement malicieux, une acuité psychologique qui n'exclue pas  la tendresse, Vargas s'illustre une fois de plus par ses contradictions,  dont la première est bien, chez cette auteure cultivée voir savante, fine et fougueuse, ce héros inculte qui ne sait « foncer droit et vite », ce marcheur nonchalant qui préfère fouler l'herbe, et errer dans « les brumes de son île personnelle », qui est peut-être le flic le plus original de toute l’histoire du polar, l'un des plus attachants en tout cas.

(commentaire récupéré)




mots-clés : #polar
par topocl
le Ven 23 Déc - 16:00
 
Rechercher dans: Écrivains européens francophones
Sujet: Fred Vargas
Réponses: 36
Vues: 1135

Flann O'Brien

J'ignore s'il existe un humour irlandais, mais j'aurais tendance à le croire...
Un humour qui serait imprégné d'une certaine atmosphère et d'une certaine culture et de l'histoire de l'Irlande ...
Et certainement arrosé de Guiness et de whisky irlandais.

En tout cas, il existe une forme d'humour qu'il me semble avoir retrouvé aussi bien chez Swift, irlandais garanti, mais aussi chez Lewis Carroll.
Et aussi Edward Lear, auteur de limericks, des sortes de contes pour enfants. Chez le conteur américain Benchley et dans les les premiers films des Monty Pythons, réalisés pour la BBC. Et les Marx Brothers.
Et bien entendu chez Flann O' Brien...

Cette forme d'humour a été qualifiée parfois d'absurde ou du terme anglais nonsense, qui ne signifie pas dépourvu de sens, mais plutôt dépourvu finalement d'un certain sens. Et ce qui fait la force de cet humour-là, c'est l' énormité, le sang froid avec lesquels les choses sont dites, et aussi la plus grande logique, et qui les rendent irrésistibles...
En tout cas, le mieux pour se familiariser avec cet humour-là, c'est de lire ces oeuvres...

Et Le Troisième policier de Flann O' Brien se prête parfaitement à ce genre de lecture, fantastique autant que délirante...

Allez, un début pour illustrer un peu :

"Tout le monde ne sait pas comment j'ai tué le vieux Philip Mathers, lui défonçant la mâchoire à coups de pelle.
Mais je vais d'abord parler de mon amitié avec John Divney car c'est lui qui a frappé le premier le vieux Mathers, lui assénant un grand coup sur la nuque avec une pompe à vélo qu'il avait lui même fabriquée dans une barre de fer creuse.
Divney était un gaillard à l'allure avenante, mais c'était un paresseux à l'esprit oisif. C'est lui qui est responsable de toute l'affaire"...


Flann O ' BRIEN - Le Troisième policier.

Message récupéré


mots-clés : #polar
par bix_229
le Mar 20 Déc - 15:22
 
Rechercher dans: Écrivains européens de langues anglaise et gaéliques
Sujet: Flann O'Brien
Réponses: 3
Vues: 254

Revenir en haut

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Sauter vers: